Le modèle spasmophile (1)

Le modèle spasmophile

 

 

Le syndrome spasmophile a aujourd’hui acquis une reconnaissance indiscutable, tant auprès du public que dans le monde médical. Pour aller dans le sens de mon propos, il m’apparait qu’il existe, en matière de crises, un véritable modèle spasmophile que je souhaite exposer ici. De façon générale, les spasmophiles, qu’ils soient reconnus comme tels ou encore en quête de diagnostic, décrivent leurs symptômes en terme de “crises”. Dans leur ensemble les patients, même s’ils vont plutôt bien entre leurs périodes de malaises, sont prolixes et anxieux à propos de leurs symptômes quand ces derniers surviennet et se répètent. Ce sont tous ces symptômes, dont la nature peut être extrêmement variée, qui inquiètent, angoissent, pertubent et sont vécus comme des “crises”. C’est l’existence des crises elles-mêmes qui constitue le fond de la maladie spasmophile.

 

La spasmophilie, nommée également tétanie chronique constitutionnelle, est une maladie extrêmement fréquente en pratique médicale quotidienne. C’est une de ces affections dont on sait confusément qu'elle n'est pas une maladie grave, qu’elle est liée au stress, au monde moderne, aux conditions de vie actuelles, une maladie de la civilisation. La spasmophilie atteint l'organisme dans son ensemble, dans ses aspects physiques, psychiques et relationnels: véritable démonstration des rapports très fins qui existent entre une pathologie véritablement organique et les perturbations psychiques. Cette pathologie somatique engendre des perturbations psychiques qui vont à leur tour entretenir la pathologie somatique. C'est une manière complète d'exposer ce que devrait être une approche globale de la maladie, dont nous connaissons bon nombre des éléments métaboliques, biochimiques, tissulaires, nerveux et neurohormonaux intervenant dans ce cercle psychosomatique ou somato-psychique. Elle possède un rôle carrefour démonstratif représenté par l'aboutissement commun de perturbations objectives diverses.

 

La spasmophilie est une maladie qui touche sept à huit millions de Français. Elle est responsable de symptômes extrêmement répandus, se manifestant souvent par des crises de malaises, de tétanie, de pertes de connaissance, de fourmillements des extrémités, de vertiges, de fatigue intense, de crampes musculaires, de nervosité, d’anxiété, de colite ou encore d’insomnies. Il est intéressant de noter que la spasmophilie est un état tantôt paraphysiologique, tantôt pathologique, caractérisé par une excitabilité neuro-musculaire excessive et persistante. Cet état est responsable de symptômes très nombreux à l'origine desquels les médecins ne peuvent mettre en évidence aucune lésion ou atteinte spécifique autres que celles qui sont responsables de l'hyperexcitabilité neuro-musculaire. Il s’agit d’une entité pathologique distincte, d'une maladie organique microlésionnelle1 à substratum métabolique, biochimique et neuro-hormonal.

 

Le fait que la spasmophilie soit un état très fréquent tantôt pathologique, tantôt paraphysiologique induit immédiatement qu'elle existe sous deux formes:

- La spasmophilie latente, état où les quelques symptômes que présentent les patients ne sont ni suffisamment gênants ni suffisamment importants pour les amener à consulter un médecin, car ils n'en ont souvent pas conscience. Mais cette situation est lourde de menaces, et, à l'occasion de facteurs déclenchants2 , cet équilibre précaire va se dégrader rapidement. De latente, la spasmophilie deviendra alors une spasmophilie décompensée, riche des crises qui la caractérise.

- La spasmophilie décompensée est une véritable maladie, un fléau quotidien parfois dramatique où I'exacerbation des symptômes, leur permanence, leur caractère invalidant conduit celui qui en est atteint chez un médecin.

 

La description des symptômes de la spasmophilie, qu’ils se manifestent ou non sous forme de crise, couvre un vaste champ de la pathologie médicale et l'on comprend aisément que les malades qui en sont atteints puissent être amenés à consulter soit des médecins généralistes, soit divers spécialistes. Il est sans doute impossible de dresser une liste exhaustive des symptômes de la spasmophilie tant est grand le polymorphisme de la maladie.

 

Les signes généraux sont dominés par la fatigue (asthénie) dans plus de 90 pour 100 des cas, et cette fatigue très caractéristique est une fatigue matinale. Les spasmophiles se lèvent fatigués, leur nuit de repos, bonne ou mauvaise, n'a servi à rien. Cette fatigue va aller en s'estompant dans la journée mais elle sera accompagnée de “coups de pompe” brutaux dans cette même journée, avec sensation d'anéantissement total. Parfois ces épisodes de fatigue brutale sont seuls présents, sans asthénie matinale.

Parmi les autres signes généraux on note des troubles de la régulation thermique: frilosité et/ou bouffées de chaleur ainsi que souvent des troubles des conduites alimentaires: anorexie ou boulimie entraînant un amaigrissement ou une prise de poids.

 

Les signes psychiques, qui commandent l'ensemble de la vie de relation et de la vie affective des malades, peuvent présenter tous les degrés d'intensité, depuis une simple nervosité ou une émotivité accompagnée de sautes d'humeur jusqu'à de véritables crises d'angoisse. Les colères fréquentes, les crises de rire ou de larmes font souvent partie de la symptomatologie à minima de la spasmophilie. L'anxiété est pratiquement constante. Elle peut aller de l'appréhension, d'une tendance à l'inquiétude, d'une tendance à se faire une montagne de peu de choses, à des états d'angoisse véritablement invalidants. Cette angoisse aigüe, invalidante, est fréquente chez les spasmophiles, les gênant dans leur vie quotidienne, relationnelle et professionnelle. L'angoisse peut se manifester par une “boule dans la gorge”, I'impression d'étouffer, I'impression de mort imminente. Il existe souvent des sueurs froides, des crises de larmes ou de tremblements. A un degré plus intense, I'angoisse se manifeste sous forme d’attaques de panique et provoque l'impossibilité d'effectuer les actes simples: impossibilité de se lever, impossibilité de sortir, peur d'aller dans la foule, peur d'aller dans un grand magasin, peur des grands espaces découverts (agoraphobie) ou, encore, peur de prendre un ascenseur et peur des lieux clos (claustrophobie). L'angoisse des spasmophiles est liés aux perturbations neurohormonales de la maladie mais cette angoisse est également entretenue et majorée par les autres symptômes de la maladie3 ,expliquant leur tristesse et leurs traits tirés. L'angoisse des spasmophiles se complique souvent de véritables états dépressifs où les malades n'ont plus goût à rien, “broient du noir”, perdent toute activité relationnelle. Les troubles du sommeil sont extrêmement fréquents et rebelles chez les spasmophiles, les plus caractéristiques étant des insomnies de la deuxième partie de la nuit: le malade se réveille vers deux ou trois heures du matin et ne peut se rendormir. ' Ou s'il finit par se rendormir, il fait des cauchemars épouvantables avec souvent des rêves de chute. Parfois, après s'être retourné des heures durant dans son lit, il s'endort enfin au petit matin. Ces insomnies contribuent à épuiser davantage ces malades déjà fatigués et fatigables.

 

Les signes de localisation, qui touchent plus particulièrement diverses structures physiologiques ou divers groupes d'organes, évoluent souvent par crises, qu’il s’agisse de crampes musculaires, de fourmillements (paresthésies) des mains et des pieds, de fourmillements autour de la bouche, de fourmillements de la gorge (paresthésies pharyngées), de myoclonies (tressautements musculaires involontaires), de clonies palpébrales (paupières qui sautent ou frétillent), de douleurs de la colonne vertébrale au niveau du cou, du dos ou de la région lombaire, dues à une contracture des muscles paravertébraux.

 

Les signes liés à des spasmes des vaisseaux sanguins sont responsables de nombreuses situations de crise, tels que maux de tête (céphalées) pouvant prendre tous les types (en casque ou localisés, rétro-orbitaires, frontaux), migraines véritables localisées à un côté de la tête. Les lipothymies4 sont fréquentes puisque les spasmophiles “tombent dans les pommes” facilement, mais ces malaises peuvent ne pas aller jusqu'a la perte de connaissance complète. Il existe aussi des crises de sensations vertigineuses et de vertiges, des sensations de brouillard et de flou visuel, des signes d'hypotension orthostatique5 , des troubles vaso-moteurs des extrémités allant du refroidissement banal jusqu’au syndrome de Raynaud6 .

 

Les crises viscérales touchent les organes profonds, se manifestant principalement au niveau de I'appareil cardio-vasculaire7 , I'appareil digestif8 et de I'appareil respiratoire9 .

 

Les véritables crises de tétanie elles-mêmes, sont extrêmement caractéristiques mais leur présence n’est pas indispensable pour affirmer l’existence d’un syndrome spasmophile. Il s'agit de grandes crises de contractures très douloureuses, commençant aux extrémités et gagnant le corps entier. La main se met en hyperextension, la paume se creuse, les doigts allongés s'imbriquent en main d'accoucheur. Le pied se place en extension et se tord. L'ensemble des contractures mains-pieds est appelé spasme carpo-pédal. Au visage, la contracture des muscles déforme la bouche en museau de carpe. Étendue aux muscles paravertébraux, la contracture cambre le corps en arc de cercle (opisthotonos). Beaucoup de spasmophiles n'ont jamais fait de crises de tétanie et n'en feront sans doute jamais. La crise de tétanie est un événement dramatique et très impressionnant pour le malade et son entourage, bien qu'elle soit sans gravité. Elle rend le diagnostic de spasmophilie évident et permet d'éviter bien des errements de diagnostics. Ces crises de tétanie, surtout si elles sont inaugurales (c'est-à-dire si elles existent au début de la maladie) servent ainsi de sonnette d'alarme pour le malade, son entourage et son médecin.

 

La spasmophilie est d'abord latente; cela signifie qu'une part importante de la population présente un état paraphysiologique d'hyperexcitabilité neuro-musculaire excessive, les symptômes en étant ceux décrits précédemment, mais à degré faible, dont les spasmophiles ne se rendent pas ou très peu compte. Ils se situent à la limite de ces symptômes qui peuvent se manifester par une simple nervosité. Mais ces sujets sont en équilibre sur une corde raide et il suffit d'une simple poussée pour les faire basculer dans la spasmophilie décompensée, maladie qui, alors, va se manifester avec toute sa violence. En pratique, la notion de décompensation peut s’appliquer à la majorité des situations de crise. Ces dernières se préparennt et s’élaborent dans un silence relatif. Les individus ne prennent pas garde aux signaux minimes de leur corps. Ils persistent dans l’ignorance de leurs facteurs de stress, dans leurs erreurs ou leurs négligences qoutidennes, diététiques, nutritionnelles, affectives ou relatives à leur mauvaise hygiène de vie jusqu’à ce qu’une crise éclate.

 

L'ensemble des facteurs de décompensation peut être regroupé sous le terme de “stress”, c'est-à-dire d'agression de l'organisme. Ces agressions peuvent être physiques ou émotionnelles au sens large mais sont retrouvés, de façon presque constante, avanr le début précis des symptômes d’une crise10 .

 

Le surmenage vrai constitue le facteur déclenchant le plus fréquent; ce peut être un surmenage professionnel ou extra-professionnel, bref et intense ou au contraire prolongé. Presque à égalité s'inscrivent les difficultés psychologiques récentes: conflits conjugaux, conflits familiaux ou professionnels, les problèmes sexuels. Interviennent aussi des factèurs médicamenteux (prise prolongée de laxatifs ou de diurétiques) et des maladies: infections chroniques ou infections virales récentes. La poursuite de régimes amaigrissants est souvent à l'origine d'une poussée de malaises vécus sur le mode crise. Agissent aussi comme facteurs de décompensation les accidents de la circulation, les traumatismes, les deuils, les interventions chirurgicales, la grossesse, l’allaitement, les fausses couches, les hystérectomies, les infections gynécologiques et la prise de contraceptifs oraux.

Parmi les causes favorisantes des crises interviennent les notions d'antécédents familiaux et un terrain psychologique marqué par des tendances anxieuses ou obsessionnelles parfaitement banales jusqu'à l'éclosion des troubles mais dont le rôle favorisant et aggravant paraît ensuite évident.

 

Quand la situation se décompense, le patient fait une crise, il tombe malade. Tous ces malades ont conscience que leur état a changé, qu'il s'est passé quelque chose, que quelque chose s’est “déréglé”. Ils manifestent la volonté affirmée de retrouver leur état antérieur, de retrouver un équilibre.

 

Les crises de troubles de l'équilibre, d’instabilité à la marche, de vertiges, de sensations vertigineuses et d’acouphènes, qui se situent aux confins de la pathologie neurologique, se manifestent chez les spasmophiles, mais également chez de nombreux autres patients, engendrant la crainte plus ou moins permanente de la chute, de l'accident. Ces états entretiennent l'anxiété des malades et la majore jusqu'à aboutir chez certains à des états dépressifs. La cause en est principalement l'hyperréflectivité labyrinthique de ces sujets. Il existe aussi, en l'absence de toute lésion neurologique décelable, de grands vertiges rotatoires vrais (vertige de Ménière). Ces vertiges surviennent par crises et obligent le malade à garder le lit car il ne peut se lever sans tomber. Tout tourne autour de lui, généralement toujours dans le même sens. Le terrain émotif et stressé de ces malades est toujours net avec une anxiété prononcée, un passé migraineux, des troubles digestifs. La crise vertigineuse est déclenchée par un stress émotionnel ou par une complication occasionnelle de l'existence.

 

Les acouphènes sont des bourdonnements d'oreille, sifflements, ronflements qui peuvent affecter une oreille ou les deux. Très souvent on ne trouve pas de cause neurologique ou circulatoire à l'origine de ces acouphènes, et l'on pense, là encore, qu'il s'agit d'une manifestation névralgique de la cochlée provoquée par l'hyperexcitabilité neuromusculaire. Des manifestations critiques, c’est à dire survenant par crises, peuvent affecter la sphère rhino-pharyngées11 et l’appareil de la vision12 ,

 

Les manifestations neurologiques et/ou psychiques, survenant par crises, sont parfois méconnues. Ainsi, les pertes de connaissance, précédées ou non de malaises, I'instabilité à la marche et les sensations vertigineuses, les impressions de tête vide, les troubles des états de conscience, les troubles de la vision, la maladresse et le tremblement des extrémités et enfin les crises de tétanie constituent bien des symptômes affectant le système nerveux central et périphérique dans son fonctionnement et dans son efficacité13 . Les pertes de connaissance sont souvent précédées de malaises, flou devant les yeux, difficultés à respirer, fourmillements de la bouche et des extrémités, engourdissement. Puis le malade s'effondre, inconscient. La perte de connaissance complète peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes. Pendant la perte de connaissance le malade est habituellement décontracté, mou, hypotonique. Il peut se faire mal en tombant, mais il n'y a pratiquement jamais ni morsure de la langue ni perte d'urine. Si l'existence de signes précurseurs est un excellent signe de malaise vagal, il existe aussi de véritables pertes de connaissance sans aucun prodrome14 et qui peuvent durer plusieurs dizaines de minutes. Dans ces derniers cas, des arrière-pensées de lésions neurologiques organiques sont immédiates et toutes les investigations devront être pratiquées. L'instabilité à la marche est décrite comme la sensation d'être ivre, de marcher de travers, parfois de voir les objets tourner. Cette instabilité, qui peut être très gênante, entraîne parfois des chutes et contribue à réduire l'activité du malade. Les impressions de tête vide peuvent s'accompagner de pertes de mémoire, de difficultés à trouver les mots, de difficultés à articuler et aussi de troubles des états de conscience, en particulier somnolence et difficultés de concentration.

 

Les tremblements des extrémités peut être constants ou survenir par crises, aggravés par les émotions et s'accompagne aussi d'une sensation de tremblement intérieur et de secousses musculaires. Ces tremblements n'ont jamais les caractères de tremblements neurologiques symptomatiques. Les crises de tétanie, ces grandes crises de contractures intenses et douloureuses des membres et du tronc tout à fait caractéristiques, déformant les mains en “main d'accoucheur”, raidissant le corps en arc de cercle ont déjà été évoquées. Toutes ces impressionnantes manifestations neurologiques de l'hyperexcitabilité neuromusculaire sont bien entendu des facteurs d'angoisse pour les malades quand on ne peut leur trouver une explication rassurante.

1 / On oppose les pathologies macrolésionnelles, celles où les lésions sont bien visibles et identifiables, aux pathologies microlésionnelles, où les lésions causales sont difficiles à repérer et ressortent du fonctionnement intime des organes. on dit également pathologie “fonctionnelle”.

2 / Tous les facteurs de stress auxquels nous sommes exposés.

3 / La sensation d'étouffer fait peur, une douleur dans la région du cœur fait peur. La crainte d'avoir un malaise et une perte de connaissance fait que l'on préfère rester chez soi plutôt que de sortir.

4 / Pertes de connaissance brèves précédées d'un malaise intense avec parfois oppression thoracique, fourmillements des doigts et de la bouche

5 / Malaises aux changements brusques de position.

6 / Doigts qui deviennent blancs et insensibles au froid.

7 / Palpitations, tachycardie, douleurs et oppression thoracique.

8 / Troubles digestifs divers, pseudo-gastritiques, pseudo-biliaires, pseudo-colitiques, constipations.

9 / Oppression respiratoire pseudo-asthmatique, sensation de striction laryngée, c'est la fameuse « boule dans la gorge » dont parlent souvent ces malades.

On retrouve de nombreux signes de spasmophilie dans des affections encore mal connues telles que: maladies allergiques, hypertension artérielle essentielle du sujet jeune, œdèmes cycliques idiopathiques (sans cause précise), hypoglycémie fonctionnelle, dysthyroldie. Ces affections très diverses ont en commun leur caractère fonctionnel, et il est vraisemblable, que l'hyperexcitabilité neuromusculaire joue un rôle dans l'apparition de ces pathologies.

 

10 / C'est aux médecins qu'il incombe de retrouver la ou les causes déclenchantes crise, si le malade n'en est pas conscient.

11 / Troubles de la déglutition de la salive, alors que durant les repas leurs troubles n'apparaissent pas et que la gêne pharyngée disparaît. Sensations anormales, du type corps étranger dont la localisation varie dans le temps. Ecoulement permanent du mucus en provenance de l'arrière-nez et se propageant dans la gorge. “Boule dans la gorge” qui est une constriction des muscles du pharynx est très souvent décrite quand ces malades parlent de leur anxiété. De même les fourmillements de la gorge (paresthésies pharyngées) se rencontrent très souvent.

12 / Flou visuel par troubles de convergence des yeux dont sont responsables les spasmes des petits muscles qui assurent la mobilité des yeux, sensations de mouches ou de points brillants devant les yeux, des difficultés à fixer les objets, des épisodes où les sujets voient double (diplopie). Les amauroses transitoires constituent un symptôme relativement fréquent. Ce sont des épisodes de perte brutale de la vision touchant un ou les deux yeux et pouvant durer de quelques secondes à plusieurs heures. Ces troubles sont particulièrement inquiétants pour les malades et les ophtalmologistes leur accordent la plus grande attention. Il est courant d'hospitaliser les patients dans ces cas et de pratiquer des explorations complémentaires simples (écodoppler) ou plus lourdes (artériographies) pour voir s'il existe un obstacle sur la circulation artérielle ou veineuse. Les crises de clonies palpébrales (paupières qui clignent ou qui sautent (clonies palpébrales de façon continue ou épisodique) sont également fréquentes.

13 / Le plus souvent, I'arsenal très sophistiqué des explorations neurologiques complémentaires ne montrera aucune lésion organique.

14 / État d'indisposition qui précède la perte de connaissance.

92 votes. Moyenne 3.92 sur 5.

Commentaires (117)

1. willson care 09/06/2018

Thanks to dr.ezomo for his good work I never believe that ALS has cure, I was ALS over 3 year now before I came across a comment about how
dr.ezomo cure ALS and herpes disease but when I saw it i have it in mind
that he cant cure ALS I just decided to give it a try I contact him that
night luckily to me he replied me, but I dont believe him I thought it was
a scam but I still hold on to see the work of Dr ezomo if he is saying the
truth he ask for some details about me i gave him all he needed and I
waited to see his reply to my problem after all, he told me to go for check
up and I went for HIV test I cant believe I was negative,am so happy and
grateful to God for using Dr ezomo to cure me, that is the reason why i
decided to write this wonderful testimony of our i was cured, i recommend
Dr ezomo to you all around the world,contact him on his Email dr.ezomorootandherbals@gmail.com or you can also reach him through WhatsApp number+2349069171173
dr.ezomo for helping me at this young age if you need help contact,
He can also cure so many sickness

2. dr okos 23/07/2017

Bonjour, je m'appelle Sophia, viens de Californie. Je suis tellement heureux que c'est la raison pour laquelle je remercie dr okos pour avoir sauvé ma vie du VIH, j'ai été diagnostiqué avec le VIH le 17 août 2016, depuis lors, je n'ai pas eu de douleur, jusqu'à Je rencontre un ami qui me présente, Dr Okos qui m'a guéri avec des herbes naturelles. Tout ce que j'ai fait était de commander pour les herbes pour le VIH, il m'a envoyé et me demande de l'avoir consommé pendant 14 jours, mais avant la fin du 14ème jour, tous les symptômes du VIH ont disparu, lorsque je suis allé pour le contrôle, Je suis devenu négatif. J'ai déjà fait près de 5 tests de dépistage du VIH, ils se sont révélés NEGATIFS. Je retrouve une vie normale, il guérit aussi ma soeur de l'herpès, merci beaucoup au Dr Okos. Il peut également fournir des herbes pour l'asthme de l'herpès, Diabetic 1 & 2, Barrenness, Impotence, Hypertension artérielle, Herpès, etc. Ont testé et fait confiance, vous pouvez le contacter via son adresse courriel okosherbalhome@gmail.com LA SANTÉ EST WEALTH okosherbalhome@gmail.com

3. achima abelard 25/06/2017

Ma vie est belle à cause de vous Mein Helfer. Lord jesus dans ma vie comme une bougie dans l'obscurité. Vous m'avez montré le sens de la foi avec vos mots. Je sais même quand j'ai pleuré toute la journée en pensant à bien se passer, vous ne dormiez pas, vous étiez chère pour moi. J'ai contacté le centre de traitement du Dr Itua en Afrique de l'Ouest. Un de mes amis ici, à Hambourg, elle vient d'Afrique aussi. Elle m'a parlé des herbes africaines, mais elle était nerveuse. Je me fais vraiment peur quand il s'agit d'Africain parce que j'ai entendu parler de ces personnes à cause de mon christianisme. Je prie Dieu pour la direction, je prends le pas audacieux et contactez-le sur le courrier électronique puis déplacez-vous vers whatsapp, il me demande si je peux venir pour le traitement ou vouloir une livraison, j'ai dit que je voulais le rencontrer. J'achète un billet 2ways en Afrique pour rencontrer le Dr Itua , Je suis allé là-bas et j'étais sans voix de personnes que je voyais là-bas.Patent, personnes malades.Dr Itua est un dieu envoyé au monde, j'ai raconté à mon pasteur à propos de ce qu'il y a, Pastor Bill Scheer Nous avons une merveilleuse bataille réelle avec l'esprit et Flesh.worship ce même soir, il prie pour moi et me demande de diriger, j'ai passé 2 semaines et 2 jours en Afrique chez Dr Itua Herbal Home, après le traitement, il me demande de rencontrer son infirmier pour le test de vih lorsque je l'ai fait était négatif, Je demande tout à fait à mon ami de m'emmener à un autre hôpital voisin quand je suis arrivé, c'est négatif. J'étais au courant Avec le résultat, mais heureux en moi. Nous sommes allés au Dr Itua, je le remercie, mais je lui explique que je n'ai pas assez pour montrer mon appréhension, il comprend ma situation, mais lui promet de témoigner du bon travail de son. Merci à Dieu pour mon cher ami, Emma, ​​je sais qu'elle pourrait lire cela maintenant, je tiens à vous remercier. Et un grand merci au Dr Itua Herbal Center. Il m'a donné son calendrier que je place sur mon mur dans ma maison. Dr Itua peut aussi bien guérir la perte suivante ... Cancer, Hiv, Herpès, hépatite B, Inflammatoire du foie, Diabetis, Vous pouvez le contacter par email ou par whatsapp, @ .. drituaherbalcenter @ gmail.com, numéro de téléphone ... + 2348149277967 .. Il est gentil Doc, Parlez-lui bien. Je suis sûr qu'il vous écoutera aussi.

4. marina (site web) 07/10/2016

il a été rapporté qu'une supplémentation en magnésium aidait les terrains spasmophiles. Beaucoup de médecins on tendance a associer la spasmophilie à des troubles psychiques.

5. Delacroix 29/08/2016

Bonsoir,
Depuis le décès de ma mère en 2012, mon corps s'est mis à dérailler... J'ai eu un choc émotionnel et j'ai eu de très vives douleurs dans le genou gauche depuis 1 an. En parallèle, j'ai l'impression que la mort de ma mère, véritable traumatisme, a été le point révélateur de ma spasmophilie. Quotidiennement, je ressens des décharges électriques dans les jambes, des tressautements musculaires, des fourmillements, un coeur qui bat très vite, une impression d'irréalité... Je suis d'une hypocondrie maladive et j'en arrive souvent à penser au pire. Malgré tous les médecins que j'ai vus (généralistes, neurologues, rhumatologues), je continue à penser que j'ai une maladie grave. Ressentez-vous au quotidien les symptômes que je vous décris ? Je tiens à préciser que la nuit je dors bien. Ce n'est qu'une fois que j'ouvre l'oeil que la machine se met en marche.... D'avance, je vous remercie.

6. Floriane 21/06/2016

Bonsoir,
Je me reconnais complètement dans cet article. Cela fait des années que je souffre de spasmophilie et depuis 3 mois, les crises sont quotidiennes et invivables.
J'ai fait 2 seances d'hypnose et je me sens encore plus mal depuis... la peur de l'inconnu et la peur de faire des crises qui est omniprésentes.
Prochaine séance d'hypnose dans 2 jours et je stress que cela ne fonctionne pas ou empire mon état.
Avez-vous d'autres solutions?
Merci

7. Patrick 09/02/2016

[b][/b]Dites à vos visiteurs d essayer l hypnose , ça ma beaucoup aidé , combiné avec la méditation( application petit bambou ) , et alimentation docteur seignalet ( l alimentation ou la 3 eme medecine ) , sans gluten , les résultats sont impressionnant( docteur jean marie magnien a repris ces travaux ) ainsi que l EFT , Courage , ce n est pas facile tout les jours , je te comprends , ça fait peur mais ce n est pas grave .n hésitez pas à me contacter si quelqu un à besoin , je vais mieux depuis même si ce n est pas complètement guéri . Merci d avance .

8. mari lou (site web) 14/10/2015

Bonsoir,

Je pense au vu de cet article et des nombreux commentaires souffrir de spamophilie. Je suis dans un état anxieux permanent avec une boule dans la gorge et au ventre, comme un sentiment de peur. Par ailleurs et au vue de tous les symptômes qui accompagnent la spasmophilie, mais qui m'étaient encore inconnus, je suis devenu complètement hypercondriaque... un mal de tête chez moi sonne automatiquement avec une tumeur au cerveau. Je ressens également souvent des tremblements dans mon corps mais à l'intérieur, comme si j'avais froid intérieurement et une lourdeur des membres.
Ma question aujourd'hui s'adresse à vous chers spasmophiles... comment fait-on pour se guérir et sortit enfin de la spasmophilie sans tomber dans les anxiolitiques etc?

J'attends vos réponses impatiemment!

9. ARENA 28/09/2015

Je pense souffrir de spasmophilie, j'ai les lèvres qui tremblent la nuit plus que le jour, des sommeils pertubés et réveil foudroyant à 2h du matin avec coeur qui bat et des tremblement dans le plexus. Parfois j'ai un spasme au pied, une décharge électrique foudroyante et mon pied se lève d'un coup ou mon épaule qui se lève. J'aimerais connaitre un médecin qui appréhende bien ce type de symptôme, je vois un psychiatre qui n'appréhende pas du tout ces troubles. Je perds du temps et je souffre d'avoir des nuits sans sommeil et très perturbées. Pouvez vous si vous le pouvez m'indiquer sur Paris un médecin spécialiste de ce genre de problème. Merci Bien cordialement Danielle ARENA

10. achelemix (site web) 14/02/2015

bonjour.
j'ai mis 25 ans pour découvrir que mes tétanies spasmophilies étaient dues à l'apnée du sommeil ! comme quoi si le sommeil n'est pas réparateur les conséquences sont catastrophiques ! (même si on croit bien dormir)
soignez vous bien.

11. Wtenlitazk (site web) 25/02/2013

flomax symptoms, http://riceperez87.xanga.com/771830865/buy-flomax-online/#73374 - price of flomax flomax indications; | what is antabuse reaction, http://www.iamsport.org/pg/blog/roemermorse72/read/15768104/buy-antabuse-generic#4732 - antabuse online canada can you drink on antabuse; | dapoxetine in canada, http://barrettmcclure93.soup.io/post/301674430/Buy-Dapoxetine-Cheap#37037 - dapoxetine online canada dapoxetine hcl side effects

12. ratelnaique 01/02/2013

Pour Céline , n'en reste pas la ! la spasmophilie n'est pas une maladie en soie , mais une énigme médicale, regarde toutes les maladies qui ont ces symptomes , n'en reste pas la consulte passe des examens , IRM , Scanner , allergies, psychologique, regarde si tu es heureuse ou non , en paralléle , si tu es récéptive , fait de la sophro , du yoga, de la méditation , voir des cures thermals , ne reste pas sur le dignostique spasmo, ça n'existe pas , il y a forcement autre chose, cherche, tu gonflera tes médecins, mais ces la seule solution pour savoir, ne prend pas n'importe quoi comme médocs, parfois le reméde est pire que le mal , courage

13. Céline 24/01/2013

Bonjour,
Je fais de la spasmophilie depuis 2 mois, mais depuis peu je ressens de la fatigue soudaine, des vertiges et également de la fatigue au niveau des yeux. Je me demande si ce sont également des symptômes liés à la spasmophilie et s'il existe des traitements (pas trop forts de préférence) pour limiter ces symptômes?
Merci d'avance pour votre réponse :)

14. OeOrnablyiw (site web) 20/01/2013

arimidex rebound | arimidex dosage for gyno - where to buy arimidex, zwla how to use arimidex

15. cedric 04/12/2012

Petites nouvelles de ma santé
Je vais voir un ORL lundi car mon doc pense que mes problemes viennent d'une grosse infection des sinus qui m'afaiblissent et empeche mon estomac de guerir.
Il pense que mes douleurs musculaires viennent de là. Affaire à suivre

16. Claire 08/11/2012

Pour CEDRIC,
de rien et j'espère que ça va beaucoup mieux pour toi maintenant =) !
Pour ce qui est de mon anxiolytique, il n'est pas très fort et ce qui est bien c'est que ce ne sont pas des psychotropes donc on ne peut devenir dépendants ^^

17. IuIssueldjo (site web) 31/10/2012

clomid first time success | http://buyclomidtablet.jimdo.com/#30109 - where can you buy clomid, low progesterone levels clomid

18. Icselive 30/10/2012

when do you ovulate on clomid 2-6 | where can i buy clomid - clomid without a prescription, male infertility clomid

19. arthritis (site web) 29/10/2012

I came across spasmophiles.e-monsite.com and i love it !
psoriatic arthritis

http://arthritissymptomstreatment.blogspot.com/2012/10/what-is-arthritis_28.html

20. RiCreepws 29/10/2012

took clomid too early, <a href=http://discountclomid.webs.com>how to buy clomid online</a> - 50 mg clomid

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Lien vers la pétition pour que le 12 mai soit reconnu journée nationale contre la spasmophilie: petition Communiques de presse

Découvrez la playlist Spasmo avec Yann Tiersen

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site